•  

    Regarde dans le ciel...

     

     

    Regarde dans le ciel 

    Hier, mon cœur était noir 

    Je n'avais plus d'espoir 

    Mais voilà qu'aujourd'hui 

    Je ne vois plus de gris 

    Si tu déchiffres et comprends 

    Ce que chuchote le vent 

    Tu liras mes messages 

    Inscrit sur chaque page 

    J'aimerais qu'ils te parviennent 

    Juste au creux de l'oreille 

    Afin que jamais tu n’oublies 

    Cet amour né sans bruit 

    Regarde dans le ciel 

    L’étoile qui étincelle 

    C’est mon cœur qui t’envoie 

    De doux baisers de soies 

    Aimer... 


    votre commentaire
  •  

    S'évader

     

    S'évader partir à l'aventure, 

    S’octroyer des moments forts. 

    Être l'héroïne absolue, 

    Saisir et supplier encore. 

    Connaître des rencontres improbables 

     Virant parfois à l’incroyable 

    Subsister au rythme du moment 

    Ensuite, les vivre intensément. 

    Surtout, ne pas fermer la porte 

    Aux désirs, ceux qui s’affolent. 

    Puis reprendre le cours de sa vie 

    Après un court instant de folie 

     

    S'évader

     

     


    1 commentaire
  •  

    La poétesse patentée

     

     

    Moi la poétesse patentée 

    Je m’inspire de ses cantates 

     Afin de pouvoir rêver 

    La poésie est un art 

    Retenir il me faudra 

    La manier avec ferveur 

    Sans modifier les couleurs 

    Décrypté chaque écrit 

    Devenue un instant de folie 

    Ces rimes chimériques 

    On les dérange ; on les exile 

    Cette passion devenue sauvage 

    Respire sur chaque page. 

     Le hasard l’ayant harponné 

    De ces notes ainsi déployées 

    D’un soupçon de diplomatie 

    Bien souvent, un conseil est requis 

    Que l’on accepte sans rechigner 

    Lorsque la plume est attirée 

    Vers un monde confidentiel  

    S'évader

     


    2 commentaires
  •  

    La rose noire

     

     

    La rose noire.

    Ce matin une rose noire

    Est venue border ma page

    D’une beauté profonde

    Elle sortait de l’ombre

    Encore emplie de rosée

    Diffusant un aspect nacré.

    Elle provenait de mon jardin

    Pour éloigner mes chagrins.

    Bien qu’elle ne fût qu’éphémère

    Et saturée de mystère

    Cette beauté inégalable

    Subtilement contemplé

    Ceci était incontestable

    Je devais donc l’immortaliser

    Et pour ce faire, je l’ai photographié

    Puis dans un cadre, je l’ai posé

    Près de mon lit, sur le chevet.

    Pour ne jamais oublier

    Le jardinier qui l’a cueillie

    Qui n’est autre que mon mari

    L’homme que j’aime à la folie

    Lui qui embellit ma vie. 


    12 commentaires