•  

    La douceur d'aimer... 

    Ils n’avaient établi aucune prévision

    Mais dès qu’ils se sont retrouvés

    Dans la passion, ils se sont noyés

    Sa langue avec la sienne tournait

    Sans artifice, elle l'enflammait

    Sous ses caresses, elle fondait

    Une source de bien-être les envahissait

    Ses mignons fruits ronds se raidissaient

    Quand de ses mains ils les caressaient

    Son Triangle d'or s'ouvrait doucement

    L’invitant à l'explorer silencieusement. 

    Elle ne se fit point prier

    Lui dévoilant son intimité

    Lorsqu’il découvrit sa caverne mouillée

    Il sentit s’exalter en lui une effusion de vitalité

    La montée de la jouissance, et l'orgasme partagé 

    Le désir d'elle le captivait sans répit

    Elle ne voulait que son plaisir

    Celui de le voir en elle vibrer

    Et sentir ses extases l'inonder

    Elle était sa muse à souhait

    Celle, qui partage ses idées composées

    Ils se liaient dans cette folie de légèreté

    Flirtant avec la douceur d'aimer.

    C.L

     

    Mes poèmes


    3 commentaires
  •  

    Je ne puis...

    Je ne puis rester de glace 

    Lorsque tu m’idolâtres 

    Je ferme donc les yeux 

    Brillants et amoureux 

    Du bout des lèvres, j’exalte 

    Ce divin nectar 

    D’une candide aumône 

    Qui paraît être une obole 

    D’un désir exigeant 

    En sentiments naissants 

    La tentation s’exprime 

    Je deviens donc câline 

    Sous tes doigts de satins 

    Tu caresses mes seins 

    Qui sous tes mains expertes 

    Confesse dans l’ivresse 

    Une chaleur extrême 

    Un délire de fièvre 

    M’envoutant d’un lyrisme 

    Manœuvrant mon esprit 

    Flambeau de griserie 

    J’exulte dans l’infini. 

     C.Laurette

     

     

    Mes poèmes

     


    1 commentaire
  •   

    TOI

     

     

    Toi que j’aime et j'adore 

    Je garde le goût de tes baisers

    Au goût de miel sucré 

    Je te le dis encore 

    Tu m'attires s’est innée

    Tu vois, tu m'ensorcelles

    Je sens monter en moi ce désir

    D'être tienne avec frénésie

    Cette sensation m'exalte 

    Ainsi je deviens chatte 

    Tandis de ta peau s’échappe 

    Cette odeur enivrante 

    De musc et de lavande

    Dans ta chevelure ébène 

    Mon self contrôle je perds 

    Ton regard de velours 

    Me rend folle j'avoue 

    Dans un tourment d'amour

    Tu m'entraines s’est fou 

    Mais je me sens si bien 

    Lorsque je deviens tienne

     


    votre commentaire