•  

    Malgré le froid !

    La colère et l’indifférence ! 

     

    Malgré le froid, malgré le vent, malgré le givre,

     Que dire de l’expression que délivre l’artiste ?

    Le poète emplit son recueil de mille facettes ;  

    Libérant des lignes à fois douce ou emplie de tristesse.

    Mais dieu qu’il fait bon vivre assise au coin du feu ;

    Dans la quiétude et l’allégresse d’une flamme bleue.

    Les touches d’un vieux piano hissent tout en douceur ;

    Les notes d’une harmonie à la riche saveur.

    Celles-ci attendrissent d’une voix veloutée ;

    Et cultive en secret mon âme tourmentée !

    Par le charme, autant que par sa magie

    L'hiver oublie ses frissons, et moi ma nostalgie.

     Dans ce nid douillet, mon refuge adoré ;

    Je te loue ma solitude sans difficulté !

    Poétesse, je resterais, en attendant que le printemps renaisse

    Et redonne aux forêts leur robe de jeunesse !

     

    C.Laurette

    La colère et l’indifférence ! 


    votre commentaire
  •  

     

    Mes silences…

    La colère et l’indifférence !

    En mes silences,

    Sur eux, je me penche.

    Comme un roseau ;

    Au bord de l’eau.

    Je pioche avec une certaine fureur ;  

    Ce manque à mon cœur.

    Me soulant dans cet univers,

    Jusqu’à en perdre mes repères.

    Ainsi au cœur de la nuit ;

    Je suis en sursis,

    Jusqu’au petit matin,

    Où renait mon chagrin ?

    Je vis avec ce fardeau ;

    Qui me colle à la peau.

    Seuls l’inspiration et le lyrisme

    Garde en moi cette frénésie.

    Celle qui me permet de continuer ;

    À vivre cette vie d’impétuosité…

    C.Laurette

     La colère et l’indifférence !


    votre commentaire
  •  

     Fleurs d'hiver !

    La colère et l’indifférence !

     Fleurs ! Les frimas de l'hiver les ont ensevelies ;

    J’ai cherché en vain, leurs corolles pâlies

    Empreintes d’odorantes senteurs

    Purs moments magiques, de bonheur.

    Le ciel est gris, la terre est froide. ;

    Les déluges ont éteint leurs clartés magistrales.

    Au-dehors la neige tombe, lente

    En légers flocons fins, sous la lune tremblante

    Plus de fleurs à cueillir dans les verts pâturages ;

    Plus de plaisirs, à ravir, à l’ombre d’un platane.

    Semblables à ces oiseaux, frileux, qu'octobre chasse,

    Nos rêves ont quitté, ce triste azur de glace ;

     Pour le bleu d'un tout autre horizon.

    Où ! Les rimes germent à foison.

    C.Laurette

    La colère et l’indifférence !


    votre commentaire
  •  

    CELUI-CI S'ARRETE ICI

    Mon blog reprend du service

    Mais pas avec mes poésies

    Je pioche ici et là quelques idées

    Afin d'enrichir mon vocabulaire

    Dans mon grimoire, elles iront se loger

    Sans pour autant s'y plaire !

    Mais c'est bien évidemment

    Avec la lecture de grands poètes célèbres

    De grands auteurs, ici reconnus avec ferveur

    Mes pages seront donc recouvertes à l'infini

    De belles poésies ...

    Blog ouvert à nouveau ...

    Pour vos visites

    Bien cordialement

    C.Laurette

     

    En cliquant sur le livre, vous arriverez

    Sur un nouvel univers poétique 

    Poèmes Mélanges du mois


    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique