•  

    Tes mots

    Où sont-ils donc ses mots doux, que je n’ose plus lire ?

    Ils me manquent pourtant, lorsque jaillit la nuit.

    Je les sens me brûler, à travers ton sourire.

    Ils empruntent à ma vie, un sens au ralenti.

    Dieu qu’il est facile, d’être douce et prodigue.

    Malgré la peur, qui me fige m’aspire et me fatigue

    Cette flamme m’attire, comme une eau limpide.

    M’entrainant vers les ténèbres, afin d’aller mourir.

    Je n’ai plus qu’une envie, c’est encore de te lire.

    Avant de disparaître, vers l’antre de l’oubli.

     

    C.Laurette

    Tes mots


  •  

     

    Mon univers à moi

    Se compose de peu.

    Quelques notes ici et là,

    Quelques vers mélodieux.

    Lorsque j'ai  voulu savoir.  

    De quoi était faite l'aristocratie

    J'y ai décelé du noir

    En plus de la monarchie 

    Ce monde fait de noblesse

    Manque de délicatesse.

    Les voir dans les magazines

    Enchantent nos papilles.

    Mais le vivre vraiment,

    N'est point un enchantement.

    Dans ce labyrinthe de reptiles,

    Il faut être indestructible.

    Sinon, tout fond sous la neige

    Comme dirait Verlaine.

    Je préfère les châtelaines,

    De mes lectures du soir.

    Avec eux pas de peine,

    Ni le moindre tracas.

    Aussi, je préfère rester,

    Cette femme fascinée,

    Par un bouquet d'été.

    Plutôt qu'être  enjôlée

    Et demeurer captive.

    Pour le reste de ma vie

    Dans une prison dorée.   

    Mon univers à moi,

    N’est faite de tout de rien.

    De quelques petits pas 

    Effectués dans mon jardin.

    C.Laurette


  •  

    L’arbre a froid

    L’arbre en hiver,

    Grelote de froid,

    Malgré tout, il espère,

    Que la douceur viendra.

    L’arbre a froid 

    Il aimerait, que les oiseaux,

    Sur lui, viennent se poser.

    Mais vers les pays chauds,

    Ils se s’ont envolés.

     L’arbre a froid

    L’arbre reste admiratif,

    De la neige sur les toits.

    Mais il n’aime point le froid,

    Qui se pose sur lui.

    L’arbre a froid 

    Pour chasser la tristesse,

    Qui envahit son tronc.

    Il garde la sagesse,

    Tout en lui faisant front.

     L’arbre a froid

    Il sait que dans la vie,

    C’est un cercle infini.

    Il patiente et sourit,

    Que l’hiver soit fini. 

    L’arbre a froid

    C.Laurette

    L’arbre a froid

     


  •  

    Dire

    Dire

    Dire au revoir à ma peine,

    En ne pourchassant que la joie,

    Me délivrer de mes chaines,

    Qui me blesse encore parfois!

     Dire

    Dire adieu à mes souffrances,

    Pour oublier tous mes malheurs,

    Vivre dans la véhémence,

    Pour vivre que de splendeur.

     Dire

    Rejeter le faux du vrai,

    Ne garder que la beauté,

    Dissiper l’obscurité,

    Qui m’obstrue la clarté.

    Dire  

    Ne préserver que la finesse,

    D’un lendemain aléatoire,

    Ne plus entretenir les faiblesses,

    Qui brise mon cœur tant de fois!

     Dire

    Abandonner la nuit, à ses mystères

    Oublier toutes ses chimères,

    N’attendre rien d’autrui,

    En laissant passer la nuit.

     Dire

    Je veux vivre ma passion

    Avec amour et clarté

    Je veux vivre et partager

    Ce désir sans aversion!

    Dire  

     C.Laurette





    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique