• Dans le miroir de mes pensées !

    Dans le miroir de mes pensées !

    Dans le miroir de mes pensées !

    Ce soir, une de mes larmes a coulé

    Dans le miroir de mes pensées

    Entre mes lignes et mes images

    Et les poèmes que je partage

    J’ai attendu que tu reviennes

    Mais ton silence m’a laissée blême

    Dans mon monde chimérique

    J’y mets des songes romantiques

    Je suis donc restée à t’attendre

    Seule dans mon indifférence

    Que me reste-t-il à espérer

    De cette euphorie non partagée

    Mon âme a égaré sa couleur

    Mon cœur a perdu sa chaleur

    Il ne me reste que du gris

    Que je consomme à l’infini  

    *Laurette*

     

    Dans le miroir de mes pensées !


    8 commentaires
  • Je pourrai !

    Je pourrai !

     

    Je pourrai !

    Je pourrai lire dans ta main

    Les lignes de ton destin !

    Celles qui apparaissent sans fin

    S’évaporant au petit matin !

    Celles légèrement courbées

    Qui croise ta ligne de vie !

    Encombrée de futilité 

    Outrepassant les interdits !

    Celles jouant l’indifférence

    Cruelles dans son arrogance !

    Celles inondées de larmes

    D’où s’évapore ton charme !

    Je pourrai lire dans tes yeux

    Que tu es un signe de feu !

    Tu recherches sans fin l’amour 

     Sans l’avoir trouvé en retour !

    Je vois aussi une lueur,

    Te conduisant vers le bonheur …

    *Laurette*

    Je pourrai !



    3 commentaires
  • Enfance volée!

    Enfance volée !

    Enfance volée!

    Jeunesse détruite !

    Durant des années, il a abusé,

    De ce corps à peine formé.

    De ses mains gorgées de vices,

    Lui faisant subir les pires sévices.

    Ses cris, ses plaintes, dans le néant sont restés,

     Que de meurtrissures en son âme blessée.

     Il n’a rien changé à ses habitudes,

    Continuant ses infâmes turpitudes.

    Jusqu’au jour, où ce petit être s’est effondré

    De ses traitements si souvent infligés.

    La peur a ralenti ses immondes sévices,

    Cependant, il conserva ses félonies

    N’étant pas la chair de son être,

    L’alcool aidant ses jours d’ébriétés.

    Il devenait cet être abject

    Qui aurait dû être démasqué

    Mais elle n’a jamais rien dit,

    Craignant la peur, et la tyrannie.

    Elle en garde des bribes martyres.

    Éponyme de sa vie.

    Enfance volée!


    2 commentaires
  • Lorsque sonnera mon heure !

    Lorsque sonnera mon heure !

     La mort ne me fait plus peur

    Elle a gagné mon cœur

    J’ai vécu dans le bonheur

    Malgré mes années de malheurs

    Mes cheveux blancs marquent le temps

    Mes rides sont instaurées comme un présent

    Elles marquent mon visage

    D’un accent d’oracle

    Mes cheveux, je peux encore les colorer

    Pour paraître plus jeune à tes côtés

    Durant encore quelques années

    Le temps qui me sera évalué

    Avant qu’elle vienne me chercher

    Un jour d’hiver ou bien d’été

    Je suis fin prête ! Elle peut venir !

    Je n’ai plus peur de mourir 

     

    Lorsque sonnera mon heure ! 

    Lorsque sonnera mon heure !



    2 commentaires