• Tu es!

    Tu es!

    Tu es !

    Plus belle qu’un rayon de lune

    Tu représentes ma fortune !

    Ce soir en toute quiétude

    Je prends ma plus belle plume

    Avec elle, je veux te raconter

    Mes années vécues à tes côtés

    Pour toi, je veux continuer à vivre

    Plus libre que l’air que je respire

    Pour te dire combien je t’aime

    Je l’écris en poème !

    Tu es ma plus belle rime

    Lorsque de toi je parle

    Tu es le soleil qui brille

    Lorsque le froid me glace

    Tu es mon monde magique

    Ma perle de soie féérique

    Tu es cette petite princesse

    Qui me berce de tendresse

    De tes mains douces et fines

    Tu fais pianoter les rimes.

    Elles font vaciller mon cœur

    Et me donne du bonheur

    N’arrête jamais d’écrire

    Les phrases qui font sourire

     

    Tu es!

     

    Tu es!




    3 commentaires
  •  

     

    Laissez-moi !

     

    Laissez-moi !

     S'il vous plait, pardonnez-moi

    Si je perds lentement la raison

    Si j'ai emprunté cette voie

    Celles des chemins de la passion

    Mais ne suis-je pas avant tout poète ?

    Alors, laissez-moi mon miroir aux alouettes

    Ma mémoire est encore bonne

    Alors qu’on me pardonne

    Je suis folle sans aucun doute

    D'avoir choisi cette route

    Ne pas confondre ma douce folie

    Avec une triste maladie

    Si je n'ai pas toute ma raison

    Il faut savoir faire la distinction

    Parler d’amour n’est point un crime

    Juste un plaisir et quelques rimes

    Écrite, en compagnie de ma plume

    Pour narrer aubaine et infortune

    Pardonnez mes incartades et mes caprices

     Laisse-moi clamer mes bouquets d’artifices 

     

    Laissez-moi !

    Laissez-moi !


    votre commentaire
  •  

    Petite fille !


     

    Petite fille !

    Petite fille admire l’eau du ruisseau  

    Profite de cette sérénité

    L’envol restera le créneau

    Moyennant fait de félicité

    Jamais tu n’oublieras

    Possessive, d’intense joie

    Jouis de moments d’euphorie

    Hâtivement substituée au dépit

    Petite fille !

    Petite fille !



    votre commentaire
  •  

    Vacances de rêves...

     

    Je me souviens de ses vacances

    Devant autant de belles choses

    Je restais là, des heures vacantes

    À promener mon cœur enprose

    Les arbres fruitiers se pliant  

    De fruits cueillis en abondance

    Je me souviens du bon temps

    Vêtue de ma robe rose et blanche

    Ornée d’un gros nœud en satin

    Dieu ! Que ses instants étaient divins

    Je me souviens qu’au verger

    Chaque matin, je descendais

    Cueillir des roses parfumées

    Confectionnant de beaux bouquets

    Parfois, je les faisais champêtres

    Au moment de la cueillette

    Ajoutant quelques fleurs des champs

    Qui fleurissait abondamment

    Tout sembler être en fouillis

    Mais moi j’étais au paradis

    Vacances de rêves...

     

     


    17 commentaires