• Insomnie !

            

    Insomnie !

    Insomnie toi qui voles mes nuits

    Accorde-moi un peu de répits

    J’ai besoin d’un peu d’énergie

    Pour continuer à vivre ma vie

    Actuellement, je ressemble à une fleur fanée

    Que l’on eût oublié d’arroser

    J’ai besoin de repos de sommeil

    Pour contempler la beauté du ciel

    Insomnie ! Oublie-moi s’il te plaît

    Dans l’obscurité de tes pensées.

     C.Laurette

    Insomnie !

     


    6 commentaires
  •  

    Pour toi !

    Pour toi !

    Pour toi, j’ai  mis mon âme à nue

    Pour toi, j’ai déchiré ce voile obscur

    En te livrant, plus que je n’ai reçu

    Alors, pourquoi n’y as tu pas cru

    En cet amour que je t’offrais

    Tu as spéculé d'être manipulé

    Alors, que de moi tu as abusé

    En utilisant ton clavier

    Combien de mots d’amour m’as-tu écrits ?

    Seulement, ce n’était que des mensonges

    Tu prenais un malin plaisir

    À me faire croire à des songes

    Tes mots étaient un élixir

    Je fondais sous ces délices

    À présent, je brûle dans le désarroi

    De tes promesses aléatoires

    Mes doigts glissent sur mon clavier

    Clamant l’entière vérité

    M’as-tu seulement aimée

    Je n’ose plus l’imaginer

    Mes mots s’inondent de détresse

    Dans ce monde de fausses promesses.

    C.Laurette

     

    Pour toi !Pour toi !Pour toi !

     


    1 commentaire
  •  

    Les jours filent sans attendre

    On s'épuise à vouloir retenir le temps

    Car chaque jour est un combat

    Pour vivre une vie sans tracas

    Mais combien d’entre nous dépérissent

    D’avoir trop attendu l’espoir

    Avoir cru au miracle d’un soir

    Supposer que les ennuis finissent

    Mais être encore plus misérable

    Dès que la réalité fait face

    Faut-il continuer à payer

    Les erreurs commises par des êtres inconsidérés

     Ceux qui gouvernent dans le désordre 

    Tout en se moquant des autres !


    3 commentaires
  •  

     

    Tu guettes ...

    Sur un nuage de dentelle

    Tu fixes un endroit bien réel

    Lorsque vient le soir

    L’ennui guide tes pas  

    Tu vis comme une princesse

    Dans un palais de tristesse

    Tes pensées sont fanées

    Pourtant tu rêves de fées

    Ton ours blanc contre ton cœur

    Tu imagines des jours meilleurs

    L’histoire souvent se renouvelle

    Et toi tu guettes une étincelle

    Juste un peu d’amour accordé

    Et non point de charité

    C.Laurette 

    Tu guettes ...


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique