• Bête d'un jour

     

     

    Bête d'un jour

    ***

    Bête d’un jour, d’une saison

    Que l’on achète un soir d’hiver,

    Tel un bibelot de maison,

    Un jeu de société divers.

    * 

    Ils le câlinent et le basculent

    Ce petit chien doux et confiant.

    Jeux bêtifiants et ridicules,

    En font un sujet gratifiant.

     *

    Ils lui dictent, des mois durant,

    Les règles qu’il doit respecter ;

    Lui montrent la place et le rang

    Auxquels il sera affecté.

    *

    L’hiver est devenu épave,

    Gît dans les bas fonds du passé.

    Le jouet devient entrave

    Dont il faut se débarrasser.

    * 

    A mi-chemin ils font une halte

    Bien méditée et sans remords,

    Attachent le chien à même l’asphalte

    En le livrant seul à son sort.

    *

    Brave, jobarde, la bête s’agite,

    Ne comprend pas ce nouveau jeu,

    Halète, virevolte, déchante vite,

    Ne saisit pas ce vil enjeu.

     *

    La chose aboie, pleure et gémit,

    Se tord, s’étrangle, force ses chaînes.

    Désespérée, elle s’accroupit

    Abandonnant une lutte vaine.

     *

    Jetée dans ce vide inhumain,

    Trahie par ses meilleurs amis,

    La bête se meurt de chagrin

    Au milieu d’une mare d’oubli.

     *

    Il y a des gens dans cette vie

    Qui étiquettent l’importance

    Selon les choses ou leurs envies,

    Par insouciance ou ignorance !

     *

    Gentes infâmes que vous êtes !

    Le tout s’achète et tout se vend.

    Comme l’on achète une bête

    Vous achetez vos enfants ! 

    *

    Aldebram

     

     

    « À toi ; mon enfantLe chant de l’amour… »

  • Commentaires

    2
    Jeudi 6 Octobre 2016 à 11:54

    Monsieur Aldebran ;

    C'est moi qui vous remercie j'ai eu le plaisir de lire certains de vos poèmes sur( Poèmes opus1) puis je me suis permise tout en gardant précieusement votre signature d'en faire profité les lecteurs, car je suis tombée en admiration devant certains de vos écrits... je tiens  donc encore à vous en remercier ...

    Cordialement 

    C.Laurette

    1
    Aldebran
    Vendredi 30 Septembre 2016 à 20:49

    Je me sens honoré que vous ayez publié mon poème sur votre blog.

    En effet, la personne qui n'est pas à même d'aimer une bête, cette dernière ne pourra jamais me faire croire qu'elle aime, réellement, ses enfants?

    Cordialement Aldebran

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :